Je ne suis pas toujours glorieux (résultat défi 14)

Tu t’apprêtes à lire le résultat du défi 14 qui consistait à lire un livre en une semaine. Comme tu peux t’en douter avec le titre, je n’ai pas réussi ce défi.

Je tenais à te partager mon expérience tout de même parce que cela soulève plusieurs points que j’aimerai t’exposer. Tout d’abord, il est important de comprendre que lorsque nous nous lançons des défis, quels qu’ils soient, cela ne signifie pas toujours une réussite.

Laisse-moi t’imager tout ça avec mes récentes performances.

Performance ? Ça va les chevilles ?

Oui, performance mon pioupiou…

J’ai participé à une course d’obstacles dans la boue, je n’avais auparavant jamais réalisé de course en compétition et encore moins de course d’obstacles. Cette dernière faisait 13 km et était parsemé de 22 obstacles… le tout dans la boue pour donner un peu de fun à tout ça.

Si tu passais tous les obstacles, tu obtenais la médaille d’or. J’ai eu la médaille de finisher, cela signifie que j’ai fini la course, mais pas d’or à la clef. Que s’est-il passé ? J’ai échoué deux épreuves, je manquais de technique, de force et donc clairement de préparation. J’ai été trop ambitieux.

Pourtant je suis vraiment fier de moi d’avoir terminé la course. Cela m’a donne d’ailleurs encore plus de motivation pour m’entraîner davantage et me surpasser.

Félicitations quand même pour la course mais du coup que s’est-il passé avec le défi lecture ?

J’ai commencé le défi très bien en lisant une quarantaine de pages le premier jour. Je pourrai ensuite te raconter que je suis allé au restaurant pour voir un ami, que j’ai travaillé sur mon blog afin de planifier les articles de la semaine qui suivaient puisque je partais en vacances et n’aurai pas accès à internet, que j’ai dû organiser mes vacances puisque j’allais voyager, que je devais m’entraîner sportivement vu que je préparais ma course…

Oui, je pourrai avoir un tas de raison pour justifier mon échec, mais au même point que ma course, j’ai été ambitieux et je n’ai pas été à la hauteur. Cela ne me décourage pas pour autant. Il faut savoir accepter ses échecs et les transformer en source de motivation pour le futur.

Deux semaines plus tard, je n’ai toujours pas fini le livre, j’avais d’autres priorités et je ne peux m’en remettre qu’à moi-même. Essayer de justifier serait chercher des excuses, je préfère assumer le fait que je n’ai pas pris le temps de lire pour me consacrer à d’autres choses. Aujourd’hui je décide de reprendre du temps pour la lecture chaque jour.

Échec et mat

Comme je l’ai déjà expliqué, se donner un objectif ambitieux, c’est tenter de dépasser ses limites, c’est viser 10 alors que notre maximum est 5 pour arriver à faire 6 voire 7. Toutefois, cela demande de la force pour assumer le fait de ne pas atteindre 10, mais d’avoir la conscience que sans cela, nous n’aurions probablement jamais atteint le 6 ou 7… ainsi apprendre à se satisfaire de son échec puisqu’il nous a permis de nous dépasser.

L’échec est défini comme le fait de ne pas atteindre l’objectif ou le résultat escompté. La peur de l’échec est quelque chose de commun, c’est une chose qui souvent nous bloque dans notre progression, qu’importe le domaine. C’est aussi ce dernier qui impactera à terme notre confiance en nous. L’humain est incroyable et s’adapte très aisément à tout. Cultive l’échec afin d’en tirer des leçons et célèbre chaque réussite. Je t’invite à lire les biographies de n’importe quelle personne qui a connu le succès, qu’il soit entrepreneur, sportif, inventeur… chacun a connu de nombreux échecs et c’est la persévérance couplé au fait d’avoir tiré des leçons de ces échecs qui leur ont permis d’avancer.

echec a succes

Une étude montre à travers les addictions que l’échec, bien observé peut s’avérer être une source de succès. Cette dernière montre pourquoi il est important de définir les notions d’échecs et succès pour approfondir ces états et ainsi comprendre ce qui est permanent ou peut être amené à changer. L’étude montre qu’un échec, bien examiné peut provoquer des changements qui mèneront au succès. Dans le cas d’addiction, comprendre les rechutes permet de s’adapter pour vaincre l’addiction.

En bref

Être ambitieux est important pour se surpasser, mais cela implique d’apprendre à gérer l’échec pour en tirer avantage. Mieux se connaitre pour développer sa confiance en soi et devenir meilleur.

Toi, c’est quoi ton dernier échec qui t’a mis sur la route d’un succès ? Raconte moi dans les commentaires.


Source :

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23186418 – Can failure carefully observed become a springboard to success?

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    12
    Partages
  • 12
  •  
  •  

Un commentaire

  1. Très bon article Kevin. Savoir rester humble face à soi même, savoir reconnaître et accepter ses échecs n’est pas chose aisée mais ça pousse aussi à la persévérance et au dépassement. Plus que le résultat bcp disent que c’est le chemin qui compte et surtout les apprentissages que tu en retires.
    Moi mon demi échec : organiser une chouette rando et se voir contraints de rebrousser chemin à cause de l’orage…certes on en a fait une grosse partie, certes ce n’est pas de ma faute, certes seule j’aurais sans doute attendu que « ça passe » donc c’était qd même bien. Mais je reste déçue…à refaire donc 🙂
    Et bravo pour ton parcours d’obstacles c’est très symbolique tout ça 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *