Archives par mot-clé : echec

Je ne suis pas toujours glorieux (résultat défi 14)

Tu t’apprêtes à lire le résultat du défi 14 qui consistait à lire un livre en une semaine. Comme tu peux t’en douter avec le titre, je n’ai pas réussi ce défi.

Je tenais à te partager mon expérience tout de même parce que cela soulève plusieurs points que j’aimerai t’exposer. Tout d’abord, il est important de comprendre que lorsque nous nous lançons des défis, quels qu’ils soient, cela ne signifie pas toujours une réussite.

Continuer la lecture

Cet échec ou épreuve qui s’est révélé être une opportunité

Salut à toi,

Cet article est écrit dans le cadre de ma participation au carnaval d’articles organisé par la fabuleuse Caroline du super blog Le colibri imparfait.

J’en fais trop, c’est ça ?

Pour les pioupious, je te rappelle qu’un carnaval d’articles est un événement inter-blogueur qui incite les participants à écrire sur un thème proposé par le blogueur organisateur. Je trouve que c’est un exercice intéressant, comme tu t’en doute, j’aime relever des défis donc participer à un carnaval d’articles, ça me motive.

Le thème est : « Cet échec ou épreuve qui s’est révélé être une opportunité. »

Je t’invite à directement te rendre sur la page suivante pour en apprendre plus :

https://lecolibriimparfait.com/carnaval-articles/

Echec

C’est un sujet difficile et je tiens tout d’abord à te préciser une chose issue de mon expérience et de ce que j’ai pu observer. Tu parcourras de nombreux échecs dans ta vie et il ne dépendra qu’à toi d’en tirer quelque chose.

Je vais te raconter une histoire vécue ou plus exactement un échec que j’ai essuyé, mais sans lequel je ne serai pas là aujourd’hui pour écrire ces lignes.

Oui, raconte-moi une histoire !

une histoire

Remontons un peu dans le temps de quelques années. Je suis en Autriche, à Vienne, tout va bien mais j’ai du mal à trouver un travail intéressant. A l’époque je me cachais derrière des excuses comme le fait que je ne parlais pas allemand. Aujourd’hui avec le recul, je me rends compte que c’était plutôt dû au fait que je n’étais pas assez motivé et persévérant.

Soit, j’ai postulé à une offre pour une boite en France qui représentait un de mes rêves. L’opportunité était là et j’ai donc décidé de tout plaquer et revenir en France pour tenter l’aventure dans cette société.

C’est alors qu’une nuit plus sombre que les autres… Okay, pardon, je me suis emporté.

J’ai passé toutes les étapes du recrutement et je fus pris. Me voilà sur le point d’entrer dans une des entreprises qui m’avait toujours fait vibrer. Un rêve d’enfant qui se réalise !

Voyant cette étape comme une belle réussite, la routine s’est alors installée. Pas très bien dans mes bottes, je voulais donner un peu plus de challenge à mon travail et j’ai mûri cette envie d’aller dans un autre département de la société.

Faisant tout pour obtenir ce changement, créer l’opportunité qui alignerait tous mes astres. J’avais passé déjà quelques entretiens avec des directeurs, les ressources humaines et s’en vient le moment décisif :

« D’un point de vue diplôme, je ne correspondais pas vraiment au poste que je souhaitais. »

Pourtant, j’avais réellement de la motivation pour apprendre par la pratique. La situation était compliquée et j’ai été orienté vers une reprise d’étude en alternance pour pouvoir obtenir le poste que je souhaitais.

Ainsi, je me suis rendu dans différentes universités, j’ai passé des concours, mes résultats étaient corrects voire même bons mais quelque chose clochait et mon profil ne fut pas retenu.

ECHEC

si proche du but echec

J’étais dans une société qui me plaisait et venait d’essuyer un échec qui me bloquait à un poste qui ne me convenait plus.

Tout n’est pas noir ou blanc

Aujourd’hui, avec un peu plus de recul, je ne saurai vous expliquer les raisons qui m’ont poussé à effectuer ce que j’ai fait. Je dirai que j’ai probablement écouté mon cœur.

Je ne souhaitais pas quitter la société mais au fond de moi, j’avais de nouveau besoin de bouger. C’est ainsi que mes recherches ont recommencé, sans limites, je voulais repartir à l’étranger, qu’importe le poste, changer d’environnement. J’ai alors envoyé quelques candidatures.

Une semaine plus tard, au travail, une société me rappelle. Je prends quelques minutes et ils me proposent un entretien téléphonique. Ce dernier a entraîné un second rendez-vous puis un troisième. La société m’annonce que je suis pris si j’accepte. Le poste est dans une entreprise que je connais de nom mais dans un domaine qui ne me passionne pas, et ce en Italie.

Je ne parlais pas Italien mais l’offre était intéressante, bien rémunérée. J’ai accepté.

Une fois signé, la société dans laquelle je me trouvais me proposa un autre poste qui m’intéressait mais c’était trop tard.

Que faut-il retenir ?

yes reussi

Sans ce refus de la société et des universités, je n’aurai jamais eu le courage de chercher quelque chose ailleurs. Cet échec parce que je le considère ainsi m’a donné le courage de chercher autre chose et donc de sortir de nouveau de ma zone de confort, d’apprendre une nouvelle langue, de découvrir un nouveau pays et un nouveau métier.

Mais surtout.

C’est grâce à cet événement déclencheur que j’ai vécu 2017 comme je l’ai vécu. Sans ce dernier je n’aurai peut-être pas eu la chance de t’écrire ces lignes et de travailler pour faire de mes rêves une réalité. Beaucoup de supposition mais c’est avant tout un échec qui s’est transformé en une belle opportunité.

Tout est une question de perception. Je finirai cet article avec cette citation :

« Un échec est un succès si on en retient quelque chose. » de Malcolm Forbes

Toi ! Raconte dans les commentaires un échec qui s’est transformé en opportunité.