Totalement sobre… ou pas. (Résultat défi 17)

Vous avez bien dit sans alcool ?

Cet article est mon retour d’expérience suite au défi 17 qui consistait à ne pas consommer d’alcool pendant 60 jours. A la base, je m’étais lancé ce défi pour me préparer à une course d’obstacle… Course que je n’ai finalement pas effectué puisque j’ai réalisé autre chose plus important mais ce sera l’objet d’un prochain article.

Pour ce qui est du défi, c’est une REUSSITE !

Je n’ai pas tenu 60 jours sans boire… mais environ 80 jours. Je vais répondre à toutes tes interrogations et auquel cas certaines questions restent en suspens, je t’invite à m’écrire dans les commentaires.

Est-ce que ce défi était difficile ?

Honnêtement et à ma plus grande surprise, c’était plus simple que je ne l’imaginais. Certains moments se sont avérés plus difficile notamment lorsque je me trouvais en bonne compagnie, au restaurant, le moment opportun pour apprécier pleinement un bon verre de vin ou whisky mais… je me voyais dans l’obligation de décliner pour ne pas salir mon honneur.

Comment as-tu remplacé l’alcool ?

Principalement par des sodas. En soi, je ne pense pas que ce fut la meilleure solution. Je me suis rendu compte de la popularité du coca puisque par défaut je choisissais cette boisson. Toutefois j’ai découvert des boissons très agréables comme le Virgin Mojito ou le Perrier citron.

Quel a été le regard des autres ?

J’ai parfois reçu des remarques comme quoi je n’étais pas drôle mais globalement les personnes ont bien réagi. Certains me demandaient pourquoi je ne buvais pas mais sans apporter de jugement à mes actes. Ainsi j’avoue avoir été agréablement surpris par le comportement général.

Comment t’es-tu senti au premier verre que tu as bu après le défi ?

Aussi étrange que cela puisse paraitre, mon premier verre fut du whisky parce que symboliquement, c’est l’alcool que j’apprécie le plus. C’est assez triste en soi mais je ne l’ai pas tant apprécié. Ce n’était probablement pas le meilleur moment pour boire un verre.

La chute

Je me suis rendu à un bal de village avec de nombreux produits locaux notamment du vin. J’étais avec des amis et nous avons pris une bouteille de vin, puis une seconde… et une troisième. Quelques cocktails ont accompagnés tout ça.

Là, c’est le drame.

Résultat de cette affaire, je n’étais plus totalement conscient de mes dires, je ne me rappelle pas bien de la fin de soirée… Ce n’est pas sans te dire à quel point j’étais mal le lendemain. J’ai passé la journée dans un pitoyable état. Touché par une volonté de rien faire mise à part rester allonger et me morfondre sur ma triste existence. Le simple fait de me déplacer pour prendre un verre d’eau me fatiguait. J’avais mal au crane au point que regarder la TV plus de 30 minutes en devenait presque insupportable. J’ai subi presque toute la journée. Ce n’est qu’en fin de journée que j’ai commencé à me sentir un peu mieux.

La morale de ce défi sans alcool

Lorsque l’on ne sait pas pourquoi on effectue quelque chose, que nous n’avons pas donné un sens à nos actions et donc un comportement à suivre, il est simple d’arriver à un extrême. Il suffit de voir dans quel état j’ai terminé et le mal être du jour d’après pour comprendre que je ne souhaite pas reproduire cela.

Ainsi, je décide de réguler ma consommation en ne buvant que de temps en temps et surtout un seul verre. J’ai peur de boire un second verre et d’avoir mes sens assez altérés pour ne plus avoir ma pleine volonté pour refuser celui d’après et ainsi de suite.

Le premier imbécile venu est capable de critiquer, de condamner et de se plaindre. Mais il faut de la noblesse et de la maîtrise de soi pour comprendre et pardonner.
Dale Carnegie

Comprendre, s’autoriser des écarts, en tirer des leçons. Ce sont ces types de comportements qui te permettront d’avancer. Je pourrai me blâmer et me morfondre mais ce n’est pas ainsi que j’avancerai.

Ces 80 jours m’auront beaucoup appris et j’espère aujourd’hui être arriver à un équilibre sur ce sujet.

Toi, ou en es-tu ?

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    5
    Partages
  • 5
  •  
  •  

Un commentaire

  1. L’alcool le plus fort que je boive c’est du cidre doux 😂😂 je ne bois pas je n’apprécie pas et je suis ravie de ne pas avoir ce vice là (j’en ai suffisamment d’autres).
    Je n’ai absolument pas besoin de ça pour m’amuser ni pour me détendre. C’est selon moi une de mes grandes forces. Je n’aime pas la perte de contrôle que tu décris et quel est l’interet Si c’est pour se sentir si mal tout le lendemain durant…
    En plus hyper pratique je suis le Sam et je peux conduire les autres buveurs 🙂
    Par contre ça l’est un peu moins qd on est deux et que du coup mon mari est limité au demi bouteille dans son choix de vin…on ne peut pas tout avoir. 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.